jeudi 16 janvier 2014

1930 : Delteil tout nu



Publié en 1930 aux Éditions Montaigne.
238 pages.

En exergue, sur la page de titre, une citation de Joseph Delteil : « Il va sans dire qu'à mes yeux, écrire la vie d'un homme, ce n'est pas narrer ses faits et gestes, mais inventer son âme. Ce que j'aime dans un grand homme, c'est moi. Mon héros est mon moi idéal. »

L'ouvrage est dédié « A Gérard GIRARD / M. C. »


Table des matières :

CHAPITRE PREMIER : Naissance
CHAPITRE II : Petit portrait à la plume
CHAPITRE III : Parenthèse sur le problème de la création mentale
CHAPITRE IV : Le subconscient de Delteil
CHAPITRE V : Delteil homme du moyen âge
CHAPITRE VI : Premiers vers et le rythme delteillien
CHAPITRE VII : Sur le fleuve Amour et la marque de fabrique
CHAPITRE VIII : Cholera et le subconscient
CHAPITRE IX : Les cinq sens et l'art
CHAPITRE X : Jeanne d'Arc et l'amour
CHAPITRE XI : Les Poilus et la pensée delteillienne
CHAPITRE XII : La Fayette et l'action
CHAPITRE XIII : Napoléon ou la leçon du surhomme inadapté
CHAPITRE XIV : Saint Don Juan et l'apport de l’œuvre delteillienne
CHAPITRE XV : Delteil essentiellement a-social
CHAPITRE XVI : Delteil et moi



Le livre et la critique :


René Lalou, in La Quinzaine critique des livres et des revues, 10 juin 1930, p. 230 :

J'avoue que je le préfèrerais habillé, fort adroitement, par lui-même qui sait les endroits où son académie n'est pas impeccable. Grâce aux bons soins de Maryse Choisy, le voici « à poil comme Eve avant le pêché ». Nous apprenons donc que Delteil est « doux comme un Jésus raphaëlesque en sucre » [mélodie de Massenet, Jules], ensuite qu'il « écrit avec ses pieds », enfin qu'il « est entré dans l'éternité ». C'est aussi un « matador » qui explore courageusement le problème des origines entre le genou et la cuisse d'une dame du VIIIe. En l'honneur de ce « suridéaliste » Maryse Choisy se déshabille à son tour, nous dit pourquoi elle aime et déteste ce « bouffeur de moi », nous expose longuement comment Delteil incarne « la vie à l'état pur ». Ainsi, à force d'ennuyeux dogmatisme, Delteil tout nu devient un livre chaste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire